dimanche 18 novembre 2018

Fermeture du camp de transition

Jeudi 15 Novembre: fermeture du camp...

... sous le regard attentif  du collectif associatif

Tout avait commencé en 2014, quand, après avoir été chassées d'un endroit à l'autre du Département au gré des expulsions dont elles faisaient systématiquement l'objet, des familles issues de la communauté Rom s'étaient installées  sur le Parking du Mas Coulet, puis dans des appartements désaffectés  du Bd Martelli. 
Un collectif associatif* et citoyen nommé "Mon voisin c'est toi" s'était alors constitué pour les soutenir dans leur difficile parcours d'intégration et demander aux pouvoirs publics d'appliquer le dispositif prévu par la circulaire relative à l'évacuation des campements illicites.
"Pas d'expulsion sans solution"! 
Tel était notre slogan qui a fini par être entendu et dès 2015, nous nous sommes imposés comme partenaires actifs et vigilants au sein du comité de pilotage géré par la Préfecture pour la conduite du projet de relogement et d'insertion. Nous avons alors fait le maximum pour mutualiser nos compétences malgré des positionnements respectifs parfois divergents et des désaccords profonds sur la méthodologie.
Pendant quatre ans, nous avons accompagné jour après jour ces familles dans toutes leurs démarches: soins, accès à l'emploi, scolarisation des enfants. 
Nous avons vécu des drames et aussi vu naître des bébés.
Rien ne fut facile mais nous avons pu créer au fil du temps des liens chaleureux avec la plupart d'entre eux et nous avons autant appris d'eux qu'ils ont appris de nous.
Jeudi dernier, le camp de transition qu'on leur avait assigné a fermé ses portes. Les algecos qui auraient peut-être pu servir d'abris à d'autres personnes sans domicile seront immédiatement démontés. 
Les familles ont emménagé une à une dans des logements pérennes à l'exception de trois d'entre elles qui ont fait le choix de sortir du dispositif tel que proposé.  
Aujourd'hui, nous nous réjouissons du résultat des actions menées ainsi que de la mobilisation associative et citoyenne grâce à laquelle tout cela a pu être possible.

Extrait de la Circulaire:
"L’action demandée au profit de populations qui n’ont pas, naguère, bénéficié du respect républicain, prend place, avec ses spécificités, dans l’ensemble des politiques conduites pour les différentes catégories de populations en situation de fragilité. Les partenaires, les personnels mobilisés doivent être bien informés qu’il s’agit là de l’application légitime du principe d’égalité républicaine et non d’une discrimination, fût-elle positive".

JL

*(Cimade, Pastorale des Migrants, LDH, RESF, Bons samaritains).


Ils ont vécu là pendant dix mois, autour des émanations de vapeur d'on ne sait quoi sortant du sol en continu, près des bouteilles de gaz stockées par
l'entreprise voisine.
 "On n'était pas rassuré, j'avais tout le temps peur pour mes enfants avec le gaz" (Un habitant du camp)