samedi 18 août 2018

Aquarius, qui est concerné?


Alors que l'Aquarius était bloqué en pleine mer entre Malte et l'Italie avec 141 personnes à son bord, le Président des Ports Sud de France de la Région Occitanie, Jean-Claude Gayssot, a proposé à  SOS Méditerranée de l'accueillir à Sète.
Avec les les douze autres associations qui composent le collectif Sète terre d'accueil, nous avons appuyé sa proposition et demandé au Président de la République d'y répondre favorablement.
Sète n'est sans doute pas le port le plus proche de la zone où se trouvait l'Aquarius, mais il possède les infra-structures nécessaires à l'accueil du bateau. Le Port espagnol de Valencia n'était pas mieux situé, qui avait  reçu l'Aquarius au mois de Juin dernier avec 630 personnes à son bord.
Pourquoi  soutenir cette proposition?
Parce qu'aucun port de Méditerranée ne peut, ni ne doit, se sentir dédouané des appels lancés au large de ses côtes.
Parce que cette fois encore, il s'agissait de permettre rapidement que soit finalisée une opération de sauvetage en mer réalisée par l'Aquarius, et ramener sur la terre ferme ceux que l'on avait sauvés de la noyade -pour moitié des enfants- et qu'ils ne pouvaient rester confinés à bord indéfiniment.
Parce qu'une fois encore, nous étions sous la contrainte d'avoir à réagir dans l'urgence, du fait de l'incapacité des Etats Européens à se mettre d'accord sur une stratégie commune du traitement de cette grave question des migrations. 
Ce n'est pas faute d'interpeller depuis des mois notre gouvernement pour qu'il s'y emploie, y compris dans le cadre des  Etats Généraux des Migrations ! 

"Nous sommes en discussion avec les pays concernés pour que, dans le plein respect du droit de la mer, ce bateau puisse aller rapidement au port le plus proche" a déclaré avec assurance le Président de la République. 
Est-ce à dire qu'il y aurait, autour de la Méditerranée, des pays concernés dont le nôtre ne serait pas?
Ce n'est pas l'avis d'un certain nombre de responsables nationaux, régionaux et départementaux qui se sont exprimés, avec bonheur comme on pouvait l'attendre, en faveur de la proposition du Port.

"A-t-on demandé son avis au Maire de Sète?" a claironné un farouche opposant à l'accueil des naufragés.
Mais oui Monsieur, il semble que plusieurs médias aient tenté de le joindre, mais sans succès....
C'est bien dommage.

Janine Léger


2 commentaires:

  1. Sète aurait-elle été en capacité d'accueillir 141 personnes?

    RépondreSupprimer
  2. Il n'en a jamais été question. La proposition qui a été faite concernait l'accueil du bateau. Les 141 personnes qui ont depuis, débarqué à Malte, seront réparties entre plusieurs pays européens comme l'ont été avant elles les 630 rescapés accueillis à Valencia au mois de Juin. Ceci dit, avec la participation de toutes les collectivités locales et territoriales, ainsi qu'avec l'aide des associations, Sète serait tout à fait en mesure d'en accompagner quelques unes dans leur difficile parcours d'exil. JL

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog sont modérés.