mercredi 13 juin 2018

Sète, son port, ses plages, ses bateaux, ses festivals, son CRA...


Photo E. Puerta
Un Centre de Rétention Administrative est un lieu où l'on enferme les étrangers contrôlés sans papiers.
C'est une prison, mais en moins bien. Celui de Sète en est une illustration douloureuse. Des locaux exigus où la promiscuité devient vite intolérable, une cour de promenade d'à peine 60m², deux parloirs minuscules où l'air fait cruellement défaut.
Dans les prisons de France, on propose du travail ou des activités pour occuper les détenus. Au CRA de Sète, 3 ballons de mousse, offerts par des membres du Réseau Education Sans Frontière qui leur rendent visite chaque semaine, constituent le seul dérivatif à cette privation insensée de liberté.
Il y a bien un poste de télévision dans une salle commune mais il ne diffuse qu'un seul programme depuis qu'on a retiré les piles de la télécommande, à cause des tentatives de suicide auxquelles se livrent  les "retenus" en les avalant lorsque le désespoir les étreint trop fort.
Scarifications, auto-mutilations, souffrance en continu sont le lot quotidien des personnes qui y sont enfermées. Depuis quelques temps, on y place aussi des mineurs isolés terrorisés qui ne comprennent pas pourquoi ils sont là.
C'est pourquoi Tieri Briet a décidé de s'enchaîner devant le CRA et d'entamer une grève de la faim, en solidarité avec "ses frères" grévistes de la faim enfermés de l'autre côté du mur.
Il faut être plein d'empathie et de courage pour se lancer dans une telle aventure. Il faut être déterminé et ne plus croire en rien ou  peut-être au contraire, croire que tout est encore possible.
Le geste fort de Tieri Briet fait parler les passants, agite le Landernau, et dérange le bel ordre établi, en braquant d'un seul coup les projecteurs sur un lieu bien caché de l'Ile Singulière dont nous pourrions bien avoir honte.
Parce qu'il n'a pas supporté l'insupportable, et parce qu'il veut que cela cesse, il faut soutenir Tieri Briet, et aussi tous ceux qui, de l'autre côté du mur vivent un intenable enfermement. 
Janine Léger



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires de ce blog sont modérés.