vendredi 26 mai 2017

Réaction

Dans un communiqué publié le 21 Mai dernier, Madame Myriam Roques se déclare indignée de la démarche du collectif "Sète terre d'accueil" demandant que la ville de Sète soit candidate à l'accueil des réfugiés.

"Faut-il rappeler aux membres naïfs de ce collectif que le
chômage et la pauvreté touchent durement l'Ile Singulière?" écrit-elle.
Que madame Roques se rassure: conscients au moins autant qu'elle de la précarité qui frappe notre ville, nous en avons fait pour notre part une préoccupation quotidienne en accompagnant concrètement les publics concernés, dans le cadre de nos engagements associatifs respectifs. Aider les uns empêcherait-il donc de tendre la main aux autres?

"L'installation de migrants crée de graves tensions avec la population, et nuit à l'ordre public"
Vingt trois d'entre eux venus de la jungle de Calais ont été accueillis au Lazaret en 2015. La mobilisation citoyenne autour d'eux a été remarquable et a permis de rassurer ces réfugiés dont la plupart n'osaient pas sortir seuls du centre où ils étaient hébergés. Quelle nuisance ont-ils causé à la population sétoise?

"Accueillir des migrants représente un danger réel d'infiltration par des djihadistes".
Pourquoi faire de la personne réfugiée une menace a priori, alors que c'est elle qui fuit le danger, la guerre, la torture, la misère?.... La menace terroriste existe partout dans le monde, mais nous ne pouvons pas refuser d'aider ceux qui en ont besoin sous un tel prétexte. Même si nous savons que le risque zéro n'existe pas, il faut savoir raison garder: non, bien évidemment non, tous les migrants ne sont pas des terroristes. Refuse-t-on de circuler en voiture parce qu'un accident est toujours possible?

Enfin évoquer "un coût financier et social pour les communes, que les contribuables locaux ne peuvent absorber" révèle une méconnaissance absolue des circulaires émanant du Ministère de l'Intérieur qui précisent dans le Livret d'information envoyé aux Maires que c'est à l'Etat et non aux Communes qu'il appartient d'assumer la prise en charge financière de l'accueil des réfugiés.
Il est par ailleurs tout à fait injuste de laisser nos voisins italiens, dont les racines sont si profondément inscrites dans l'histoire de notre ville, assumer seuls l'accueil des migrants que les bateaux de sauvetage déposent sur leurs côtes après les avoir sauvés de la noyade.

Restant à la disposition de Madame Roques pour lui communiquer les informations qui lui manquent concernant cette initiative, je lui concède volontiers que l'on ne peut pas à Sète accueillir toute la misère du monde, mais devant les drames humains qui se jouent tous les jours dans la mer qui baigne nos côtes, il ne serait pas concevable que nous n'en prenions pas notre part.

Janine Léger




8 commentaires:

  1. Cette candidate de l'extrême droite aux législatives ne connait visiblement pas l'histoire de la ville de Sète qu'elle prétend représenter à l'Assemblée nationale. Sinon elle saurait que Sète n'a été fondée que par des émigrés. Il y avait si peu de volontaires dans le Royaume, pour habiter cet île insalubre, à l'époque de Louis XIV, que notre "cher" Roi Soleil a même été obligé de faire plein de cadeaux fiscaux aux étrangers pour en faire venir nombreux s'installer à Sète où ils bénéficiaient, sur le champ, pour les attirer, de papiers en règle...

    RépondreSupprimer
  2. La candidate du FN, Myriam Roques, ne supporte pas que les Sétois se mobilisent pour les migrants qui se noient en Méditerranée pour fuir les guerres et la misère.
    A la haine de l’autre, s’ajoute l’ignorance !
    Sète, ville port, s’est construite de l’apport humain et culturel de gens d’ici et de toutes les rives de la Méditerranée.
    La vie du port, la pêche, la création culturelle, de Brassens à Di Rosa, de Robert Combas à Paul Valéry, de Tino Cosentino à Demi Portion, c’est ce brassage humain et culturel qui fait de Sète l’île singulière que nous aimons !
    Pas étonnant que cela ait échappé à la candidate FN.
    Jean-Luc BOU Candidat « Unis pour l’humain d’abord » Législatives 2017 7° circonscription de l’Hérault

    RépondreSupprimer
  3. Merci Messieurs de rappeler ici ces éléments qui me semblaient en effet constituer une évidence pour tout un chacun dans notre bonne ville de Sète....

    RépondreSupprimer
  4. Moi-même d'ailleurs, malgré un nom "bien de chez nous" comme me l'a dit quelqu'un encore tout récemment, je n'ai d'origines que de l'autre côté de la Méditerranée!

    RépondreSupprimer
  5. En tant qu'adhérents à SOS Méditerranée, Hervé et moi ne pouvons qu'applaudir à ce qui a été répondu à cette candidate FN. Les préjugés et l'ignorance font beaucoup de torts au coeur et à la raison.

    RépondreSupprimer
  6. En accord total avec toi Janine. La solidarité avec les plus démunis et ceux qui souffrent. Tendre la main vers l'autre et tous frères et tous citoyens du monde. L'équipe des Bons Samaritains de Sète.

    RépondreSupprimer
  7. Christian Clausier30 mai 2017 à 04:36

    Le monde est fatigué de la haine, jamais la haine ne cesse par la haine, c'est l'éducation et la curiosité de ce monde qui réconcilie, la haine est aveugle c'est la vengeance du poltron et des sachants qui ne savent rien Le Front national méprise tout le monde, les Francais et les étrangers c'est son fond de commerce, puisque incompétent dans tous les domaines en qui concerne une gestion départementale, régionale, ou Nationale . Le Front National c'est une illusion nationale avec des responsables qui sont humainement et intellectuellement "au ras du caniveau" c.c

    RépondreSupprimer
  8. Jean-Pierre Lacan30 mai 2017 à 10:57

    "Les poètes déclarent qu'aller-venir et dévirer de par les rives du monde sont un Droit poétique, c'est-à-dire : une décence qui s'élève de tous les Droits connus visant à protéger le plus précieux de nos humanités ; qu'aller-venir et dévirer sont un hommage offert à ceux vers qui l'on va, à ceux chez qui l'on passe, et que c'est une célébration de l'histoire humaine que d'honorer la terre entière de ses élans et de ses rêves"... Patrick Chamoiseau. Quand les mots vous manquent pour répondre à la bêtise, reste la voix des poètes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog sont modérés.