dimanche 7 février 2016

Mas Coulet: ce qu'en dit la presse





Le diagnostic social dont nous demandons qu'il puisse se poursuivre en toute sérénité, s'inscrit dans le cadre législatif de la Circulaire Interministérielle du 26 Août 2012 qui intègre l'ensemble des pouvoirs publics, les partenaires associatifs et les collectivités territoriales dont fait partie la ville de Sète.
Nous précisons également que le point de presse que nous avons tenu vendredi était organisé par 4 associations engagées dans l'accompagnement du "Mas Coulet": Cimade, LDH Pastorale des Migrants et Amnesty International.
JL

mercredi 3 février 2016

Mystère au "Mas Coulet"




Chaque semaine, ces temps-ci, apporte son lot de surprises au "Mas Coulet"....
Après l'irruption d'une trentaine de policiers (pas moins....) il y a 15 jours sur le campement (où  se trouvaient essentiellement des femmes et leurs bébés, les hommes étant  sur leurs lieux de travail), c'est un groupe de cinq personnes se présentant comme des "experts recherchant la présence de plomb" qui s'est invité jeudi dernier sur le terrain, annonçant aux familles que des médecins viendraient plus tard "pour effectuer des prélèvements sanguins sur les enfants"!

On aurait voulu semer l'effroi sur le campement qu'on ne s'y serait pas pris autrement....

Le dépistage du saturnisme (intoxication au plomb) est régi par des protocoles strictement définis et encadrés par les Services de Santé de l'Etat, et il est impensable de laisser croire à qui que ce soit qu'on puisse procéder à des prélèvements sanguins sur un terrain vague et en dehors des conditions d'hygiène et d'asepsie qu'exige ce genre d'analyses.

Qui donc sont ces "experts" et par qui ont-ils été mandatés? Mystère...

Interpellés suite à cette curieuse visite, l'Agence Régionale de Santé, la Protection Maternelle et Infantile, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (chargée de la dépollution du bâti), ainsi que le Service d'Hygiène et de Santé de la Ville ont déclaré être dans l'ignorance totale d'une telle démarche et qu'en aucun cas elle n'émanait de leur services.

                                                      *****


Après l'expulsion sans solutions de cet été suite aux propositions insensées du Maire de Sète (à retrouver dans cet article), et au transfert du campement quelques mètres plus loin, nous avons obtenu des services de la Préfecture au mois de décembre qu'un diagnostic social puisse être effectué, cette fois-ci en amont de l'évacuation, afin de faciliter la recherche de solutions alternatives de logement, comme le prévoit la circulaire ministérielle du 26 Août 2012.
Cette opération, diligentée par les services de l'Etat en partenariat avec l'Accueil Migrants Cimade de Sète est en cours de réalisation.

Le bon déroulement de cette mission ne saurait s'accommoder d'interventions parallèles venant intimider ou perturber les populations, et parasiter le travail des équipes mandatées. Nous appelons les pouvoirs publics à y veiller.

JL