samedi 31 décembre 2016

2017: une video pour étrennes....


A l'aube de cette année 2017, l'Accueil Migrants Cimade de Sète vous présente tous ses voeux de bonheur partagé, de paix, de solidarité et d'amitié entre les peuples. 


Nous le constatons chaque jour: nous sommes souvent moins différents les uns des autres que nous ne l'imaginons et nous pourrions être surpris de ce qui peut se cacher aux fins fonds de notre ADN ...
Découvrez-le en regardant cette
 
video que nous vous offrons pour les fêtes! 


Nota bene: si vous n'êtes pas forcément à l'aise avec la langue de Shakespeare, cliquez sur la petit fleur qui se trouve en bas à droite de l'écran de la video pour choisir le français (ou la langue de votre choix) pour les sous-titres.


 BONNE  ANNEE  2017 !





dimanche 30 octobre 2016

SOS Méditerranée



SOS MÉDITERRANÉE


Ainsi parle le commandant Follézou.
Erwan Follézou, ancien capitaine de la marine marchande, est pilote du port de Sète depuis 13 ans. Il essaie de concilier sa vie de famille (il est marié et père de deux enfants de 12 et 14 ans) avec les contraintes de son métier et son engagement dans l'association SOS Méditerranée dont il fait partie depuis sa fondation. Car il se sent concerné par le sort de ceux que l'on nomme "les migrants", pour qui, trop souvent, le départ vers l'Europe est le dernier voyage.
 Et pour le commandant Follézou, c'est inacceptable. Les idéaux humanistes de l'Europe ne devraient pas le permettre. Et quand, en tant que citoyen d'un pays de la communauté européenne, on tente de faire vivre ses valeurs, la mort par noyade de dizaines de milliers d'êtres humains paraît une anomalie majeure. Alors, au nom de la très ancienne solidarité des gens de mer, on se sent tenu de porter secours à ceux que, dans d'autres cultures, on nomme "les fils d'Adam" et ceux-là meurent. En tant que marin, "quand on a connu des situations critiques où le naufrage était proche", quand on a éprouvé "une grande solitude" face à des évènements extrêmes, eh bien, "quand il y a des gens qui se noient, on va les chercher". Surtout que "ces gens ne sont pas des marins". Des trafiquants les ont volés, réduits en esclavage. Et c'est de nuit, "à coup de crosse" que "les fils d'Adam" sont entassés par centaines dans ce que l'on appelle des embarcations qui deviennent vite "de nouveaux radeaux de la Méduse".
Face à ce problème géopolitique, la classe politique européenne "a un autre agenda". Mais, loin des forces antagonistes à l'œuvre et des batailles d'intérêt qui agitent les milieux bruxellois, "les migrants" quittent les côtes d'Afrique et tentent de gagner l'Italie, porte d'entrée de l'Europe. Pour l'association SOS Méditerranée, sur 100 000 migrants recensés, 20 000 ont été secourus par des organisations humanitaires, 10 000 par SOS Méditerranée et le reste par les militaires italiens. "Ils font le boulot", assidûment, obscurément, "sans reconnaissance" d'aucune sorte. Alors, pour essayer d'amoindrir un des grands drames de notre époque, Erwan Follézou "a fait bénéficier SOS Méditerranée de son expertise maritime". Aux côtés d'un capitaine de la marine marchande allemande et d'une spécialiste de l'action humanitaire, il aide à mettre en forme les projets d'intervention en mer. D'autres s'occupent de la logistique, de la gestion. Et puis, comme il y a urgence, à partir du 15 octobre, il va se mettre en congé et œuvrer concrètement en mer.
 Il aidera à sauver ceux qui peuvent l'être et aura "la liberté de témoigner" de la gravité du problème des migrants. A Sète, y travaillent déjà "Accueil migrants" (qui a fait parvenir un million d'Euros à SOS Méditerranée), "Réseau d'Education sans frontière" et l'action peut prendre plus d'ampleur. Car "les gens sont sensibles au problème quand il est mis en évidence". C'est le commandant Follézou qui le dit.
Hervé le Blanche


Merci à Monsieur Leblanche pour cet article, mais l'Accueil Migrants de Sète précise que, bien qu'elle eût aimé le faire,  elle n'est pas du tout en mesure de pouvoir financer une telle opération à hauteur d'un million d'euros! Il s'agit sans doute d'une erreur...
Par ailleurs, nous saluons ici  l'engagement de la famille Follezou auprès des migrants: Florence, épouse d'Erwan, a fait partie de notre équipe de bénévoles dès son arrivée à Sète, et ce jusqu' son retour à l'emploi. Elle continue aujourd'hui  à accompagner toutes nos actions. 
JL



samedi 8 octobre 2016

A toutes les Faïza du monde



Elle s’appelle Faïza1. Elle a de beaux yeux noirs en amande, bordés de khôl. En la regardant, on pourrait se croire dans un conte des mille et une nuits....
Mariée à un français d'origine marocaine, Faïza arrive en France en 2002, où elle a envie de vivre en femme libre. Mais pas de chance : son mari est alcoolique... Il a des sautes d'humeur, perd son travail, la bat.
Alors Faïza, pétrie de honte se sauve, obtient le divorce et perd en rompant son mariage le titre de séjour obtenu comme conjointe de français.
2004...2005...2006... C'est la galère.
D'hébergement d'urgence en logement précaire, ballottée d'un foyer charitable à un autre au gré de la tolérance du chef de famille, elle peine à conserver son beau sourire.
Les petits boulots, même mal payés se font de plus en plus rares au fil du temps qui passe.
D'année en année, les demandes de régularisation sont déposées sans succès auprès de la Préfecture qui lui refuse obstinément le droit au séjour, malgré les longues années passées à Sète auprès de sa sœur qui y réside.
2007...2008...2009...Le temps s'écoule, la galère encore et les procédures.... Faïza est toujours sans papiers.
C'est alors qu'elle fait une jolie rencontre: le monsieur n'est plus très jeune, c'est vrai, mais il est gentil. Elle est douce et bonne cuisinière. Ils décident d'officialiser leur union et les bans sont publiés. Hélas Faïza n'a décidément pas de chance : le futur époux succombe à un infarctus quatre jours avant de conduire sa promise devant Monsieur le Maire !
Pendant quelques mois pourtant, la vie avait enfin semblé sourire à Faïza ...
2010... 2011... 2012... 2013... Voilà qu'un « ami » propose de rendre service à Faïza : « Si tu veux, je peux t'aider, on se marie et tu pourras avoir des papiers ».
Plus de dix ans passés à demander une régularisation qu'on ne lui accorde pas, dix ans de désespoir, une vie qui n'en est pas une : la proposition est tentante et Faïza n'y résiste pas longtemps. Elle possède quelques économies amassées jour après jour, et ne trouve pas grand chose à objecter aux demandes de compensation financière qui lui sont faites par cet homme (mais peut-on encore l'appeler un homme?...) qui profite si lâchement de son désarroi.
Il ne reste bientôt plus rien du maigre pécule de Faïza lorsque, est-ce un hasard, le couple est convoqué par la Police pour suspicion de mariage blanc 2.
Là, tout va très vite : l'ex futur marié est évacué par une porte, tandis qu'on fait sortir Faïza par une autre, munie d'une décision d'expulsion du territoire en bonne et dûe forme vers un pays qu'elle a quitté il y a plus de dix ans.
La sanction pour elle est immédiate et aucun procès verbal de sa déposition ne lui sera remis.
Le faux ami quant à lui a disparu dans la nature, sans être inquiété le moins du monde.
Nous avons accompagné Faïza à l'aéroport, en silence, et nous avons attendu avec elle l'heure de l'embarquement.
Un dernier geste du bras levé, un dernier baiser envoyé de sa main, et Faïza a disparu dans la file des voyageurs, escortée par un policier ému.

Il y a quelques jours, Faïza est morte.
On l'a trouvée dans son lit au petit matin, dans la maison de son frère qui l'avait recueillie à son retour au pays.

Elle s’appelait Faïza. Elle avait de beaux yeux noirs en amande, bordés de khôl.
JL

§§§§§§
1 Le prénom a été changé
2 Mariage de complaisance

mercredi 28 septembre 2016

Il se passe toujours quelque chose sur le Parking du Mas Coulet

SUR  LE  PARKING  DU  MAS  COULET


Un dépistage camion radio gratuit organisé par le CLAT(centre de lutte anti-tuberculeuse) vous est proposé le Lundi 10 Octobre de 10h à 15h 30 sur le Parking du Mas Coulet à Sète.
Sur place, deux médecins interpréteront les radios de vos poumons.
Se protéger des maladies, c'est aussi protéger les autres....


mardi 20 septembre 2016

Accueil et ateliers

       


       PERMANENCES D'ACCUEIL    

      

         

Le mardi après-midi à partir de 14h 30




COURS DE FRANÇAIS

   

Le mardi et le vendredi de 10h à 12h

Renseignements et inscriptions : 06 19 54 92 05



ATELIER INTERNET


Le mercredi de 10h à 12h sur rendez-vous

Renseignements et inscriptions: 06 29 83 53 54 ou 06 09 71 25 63



lundi 1 août 2016

Rencontre au Lazaret

                              

Sète : Regards croisés sur le rôle de la société civile

  • Écrit par  Emmanuelle Stange
  • samedi 16 juillet 2016 08:51
  • Imprimer
Au centre familial du Lazaret, les jeunes ont pu rencontrer des militants associatifs locaux, de Sète et Montpellier. photo d.R.Au centre familial du Lazaret, les jeunes ont pu rencontrer des militants associatifs locaux, de Sète et Montpellier. photo d.R.L'utilisation de l'article, la reproduction, la diffusion est interdite - LMRS - (c) Copyright Journal La Marseillaise

Les citoyens peuvent-ils changer le monde ? Comment s’engager, où et pourquoi ? Allemands, Français et Ukrainiens, 18 jeunes ont planché sur le sujet au Lazaret la semaine dernière.

« La société civile et le mouvement associatif peuvent-ils être un rempart à la radicalisation ? » Après le massacre perpétré jeudi soir à Nice, cette question, posée la semaine dernière lors de la rencontre européenne organisée au centre familial du Lazaret à Sète, prend un relief particulier. Celui de l’urgence. Car face à l’impuissance des politiques à juguler le terrorisme, l’engagement des citoyens peut rallumer l’espoir.
Refuser la violence et apprendre à construire ensemble, tel était le credo des dix-huit jeunes, français, ukrainiens et allemands, réunis à Sète grâce à trois associations (Europe Unie, Interkulturelles Netzwerk et Green Cross society). « Financé en partie par l’office franco-allemand de la jeunesse, ce projet, qui a débuté en 2014, avait pour objectif initial de décrypter le conflit ukrainien, au-delà des médias, explique Pauline Wolf. Lors des rencontres organisées en Allemagne, à Kiev et puis à Sète a été mis en perspective le rôle de la société civile dans les trois pays. Par exemple, en Allemagne, elle est très impliquée dans l’accueil des réfugiés et en France, le mouvement « Nuit Debout » émerge. »
Au Lazaret à Sète, comme au Refuge à Montpellier, les jeunes ont pu discuter avec des militants associatifs locaux investis auprès des homosexuels, des sans-papier, des réfugiés, des personnes handicapées, etc. Interrogée par Thaïs, une jeune fille, sur le rôle de la société civile, Janine Léger de l’Accueil Migrants Sète (Cimade), répond : « Elle doit être un aiguillon pour les pouvoirs publics, car elle est susceptible d’influencer les décisions politiques. » Sur les raisons de son engagement, elle évoque pêle-mêle: « l’incapacité à supporter sereinement l’injustice du monde, le besoin d’humanité, la curiosité de l’autre, l’envie de créer des ponts entre ce qui est connu et ce qui ne l’est pas. »

Les combats et la vie au jour le jour à Donetsk

« Ces échanges ont permis aux jeunes d’avoir des exemples concrets de ce qu’on peut faire au plan local, témoigne Pauline. Car souvent, on a envie de changer les choses mais on ne sait pas comment s’y prendre. Quant aux intervenants, ils ont été heureux de voir des jeunes aussi impliqués. D’autant que certains sont originaires de Donetsk à l’Est de l’Ukraine, où les combats continuent. Dans leur pays, ils vivent au jour le jour et il a été compliqué pour eux d’arriver jusqu’à Sète. Au-delà des écueils administratifs, les tarifs du train et de l’avion ont flambé à cause de l’Euro. Ils sont donc venus en voiture et c’est long : 36 heures. »
En sortant de la réunion du Lazaret le 5 juillet dernier, Janine Léger souriait : « C’est vivifiant ce genre de rencontres. On devrait davantage écouter la jeunesse. Elle est d’une grande lucidité. Le monde est entre de bonnes mains. » Malheureusement, non. Pas encore...
Emmanuelle Stange
LA MARSEILLAISE DU LANGUEDOC

mardi 7 juin 2016

Charter Awards: les résultats.




LogoCharterAwards
Communiqué de presse - 7 juin 2016  
Charter Awards - C'est arrivé près de chez vous

Enfermement et expulsion : La Cimade et ses partenaires décernent des prix aux préfectures les plus zélées.
La Cimade constate régulièrement des pratiques illégales ou abusives en matière d’enfermement et d’expulsion des personnes étrangères. Enfermement en rétention de familles avec enfants mineurs, expulsion de personnes gravement malades, dispersion des exilés de Calais abusivement emmenés dans ces lieux de privation de liberté, expulsion vers des pays en guerre, enfermement de ressortissants Français ou de personnes en situation régulière, etc.

Sous le signe du voyage et de la générosité de l’administration française, les Charter Awards récompensent les préfectures qui se sont illustrées en 2015 par leurs pratiques illégales ou abusives. 15 préfectures nominées en lice pour les 10 prix décernés par La Cimade et ses partenaires.

À Bobigny, Bordeaux, Nantes, Poitiers, Toulouse, en Guadeloupe et en Guyane, des délégations de La Cimade se sont rendues ce matin devant les préfectures pour leur remettre leur trophée. À 15h, la première cérémonie officielle des Charter Awardsse déroule à Paris, à la Maison des métallos. Les présidentes de La Cimade, du Gisti, de Médecins du Monde, le président d’Emmaüs France et des membres du RESF seront là pour révéler les préfectures gagnantes.

Un suspense insoutenable ! Parmi les plus attendus, les prix 48 heures chrono, Very Bad Trip, Maman, j’ai raté l’avion, La quête du Graal ou encore Tarzan, roi de la jungle.


Pour voir l’intégralité du palmarès des Charter Awards 


                                    cliquer    ici


En partenariat avec :
LogosPartenaires
Avec le soutien de la Maison des métallos.
Contacts presse :
La Cimade : Rafael Flichman - 01 44 18 72 62 - 06 42 15 77 14 - rafael.flichman@lacimade.org
Emmaüs : Anne Dorsemaine - 01 41 58 25 30 - 06 01 07 33 37 - adorsemaine@emmaus-france.org
Médecins du Monde : Aurélie Defretin / Lisa Veran - 01 44 92 14 31 - 06 09 17 35 59 - presse@medecinsdumonde.net

Pour ne plus recevoir de courriels de notre part, cliquez ici pour vous désinscrire.

samedi 28 mai 2016

Un marathon solidaire

Vendredi 27 Mai, L'Accueil Migrants de Sète a partagé de jolis moments avec ses partenaires associatifs, et plusieurs de ses membres se sont livrés à un marathon bien sympathique en cette fin de journée riche en initiatives.

 


 










18h: Le Seamen's Club de Sète  inaugure ses nouveaux locaux Quai du Maroc en présence de nombreuses personnalités, mais aussi de plusieurs associations qui, à l'instar de la nôtre, participent avec le Seamen's Club à l'accueil et l'accompagnement des marins abandonnés dans le Port de Sète.
L'endroit est magnifique et particulièrement bien adapté aux activités de l'association. Félicitations!


 

19h: Fête des voisins de la Méditerranée organisée comme chaque année devant le Centre de rétention Administrative Quai François Mayol par le RESF Sète Bassin de Thau.
Autour d'un pique nique tiré du sac, sa chorale a su donner de la voix pour encourager les personnes qui y sont retenues et demander en chansons la fermeture des CRA. 



 

20h: Direction le Comoedia où à l'initiative de la  LDH Sète avec le soutien de l'Accueil Migrants Cimade de Sète, du RESF et de la Pastorale des Migrants, avait lieu la projection du film "Spartacus et Cassandra", suivie d'un débat sur la question des bidonvilles et des Roms qui y vivent, comme c'est le cas à la sortie de la ville de Sète.

Cette soirée solidaire et militante s'est achevée dans la bonne humeur en présence d'une représente de l'association Deux Choses Lune, également partenaire de l'Accueil Migrants Cimade de Sète. 


JL



vendredi 13 mai 2016

Roms: Table ronde à la Chapelle des Pénitents

                                                                         Photo Michèle S
 
 
Photo Serge Trib

 
   Photo Serge Trib

C'est à l'initiative de Gérard Clément, Président du Festival "Le Printemps des Photographes" et auteur de la série de photos "Roms: migrants et européens" exposées à la Chapelle des Pénitents, qu'une table ronde a réuni les visiteurs de l'expo, des représentants de la Cimade, du RESF, de la Pastorale des Migrants, de la Ligue des Droits de l'Homme et du Collectif "Mon voisin, c'est toi" constitué autour du campement dit "du Mas Coulet".

A cette occasion, nous avons rappelé que ces campements sont des bidonvilles dans lesquels on ne peut tolérer que vivent aujourd'hui des familles dans les conditions que l'on sait.
Nous regrettons que le Maire de Sète se soit montré totalement absent de la gestion de ce dossier, ignorant toutes les interpellations du collectif de soutien concernant l'accès à l'eau et aux conditions sanitaires de base à assurer aux familles.
Il ne s'est hélas manifesté que pour demander l'évacuation forcée des occupants juste avant que ne débutent les fêtes de la Saint-Louis....
A ce jour, suite à nos demandes répétées auprès des pouvoirs publics, un diagnostic social  a été effectué (conformément à la Circulaire du 26 Août 2012) sur le nouveau campement reconstitué un peu plus loin à la sortie de la ville.

Certes, nous sommes heureux d'avoir pu nous faire entendre des services de la Préfecture et de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, mais nous restons attentifs à la suite qui sera donnée.
Le travail partenarial que nous avons mis en place avec les pouvoirs publics devra déboucher sur de réelles propositions  en terme d'accompagnement vers l'insertion et le relogement de ces familles dont la plupart des hommes travaillent et les enfants sont scolarisés en ville.
 Des solutions existent et peuvent voir le jour dans le cadre de la loi Alur par exemple qui définit les modalités du logement alternatif depuis 2014.
Nous savons que sans l'implication des Elus rien ne peut se faire et nous comptons sur les services de l'Etat pour les inciter à appliquer les textes en vigueur.

Merci à Gérard Clément pour ces photos témoignages.

JL

jeudi 21 avril 2016

Roms au Printemps des Photographes


ROMS: MIGRANTS et EUROPEENS


EXPOSITION Gérard CLEMENT


Chapelle des Pénitents
Grand Rue Mario Roustan à Sète
du 4 au 22 Mai 2016


Table ronde Mardi 10 Mai à 18h














dimanche 7 février 2016

Mas Coulet: ce qu'en dit la presse





Le diagnostic social dont nous demandons qu'il puisse se poursuivre en toute sérénité, s'inscrit dans le cadre législatif de la Circulaire Interministérielle du 26 Août 2012 qui intègre l'ensemble des pouvoirs publics, les partenaires associatifs et les collectivités territoriales dont fait partie la ville de Sète.
Nous précisons également que le point de presse que nous avons tenu vendredi était organisé par 4 associations engagées dans l'accompagnement du "Mas Coulet": Cimade, LDH Pastorale des Migrants et Amnesty International.
JL

mercredi 3 février 2016

Mystère au "Mas Coulet"




Chaque semaine, ces temps-ci, apporte son lot de surprises au "Mas Coulet"....
Après l'irruption d'une trentaine de policiers (pas moins....) il y a 15 jours sur le campement (où  se trouvaient essentiellement des femmes et leurs bébés, les hommes étant  sur leurs lieux de travail), c'est un groupe de cinq personnes se présentant comme des "experts recherchant la présence de plomb" qui s'est invité jeudi dernier sur le terrain, annonçant aux familles que des médecins viendraient plus tard "pour effectuer des prélèvements sanguins sur les enfants"!

On aurait voulu semer l'effroi sur le campement qu'on ne s'y serait pas pris autrement....

Le dépistage du saturnisme (intoxication au plomb) est régi par des protocoles strictement définis et encadrés par les Services de Santé de l'Etat, et il est impensable de laisser croire à qui que ce soit qu'on puisse procéder à des prélèvements sanguins sur un terrain vague et en dehors des conditions d'hygiène et d'asepsie qu'exige ce genre d'analyses.

Qui donc sont ces "experts" et par qui ont-ils été mandatés? Mystère...

Interpellés suite à cette curieuse visite, l'Agence Régionale de Santé, la Protection Maternelle et Infantile, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (chargée de la dépollution du bâti), ainsi que le Service d'Hygiène et de Santé de la Ville ont déclaré être dans l'ignorance totale d'une telle démarche et qu'en aucun cas elle n'émanait de leur services.

                                                      *****


Après l'expulsion sans solutions de cet été suite aux propositions insensées du Maire de Sète (à retrouver dans cet article), et au transfert du campement quelques mètres plus loin, nous avons obtenu des services de la Préfecture au mois de décembre qu'un diagnostic social puisse être effectué, cette fois-ci en amont de l'évacuation, afin de faciliter la recherche de solutions alternatives de logement, comme le prévoit la circulaire ministérielle du 26 Août 2012.
Cette opération, diligentée par les services de l'Etat en partenariat avec l'Accueil Migrants Cimade de Sète est en cours de réalisation.

Le bon déroulement de cette mission ne saurait s'accommoder d'interventions parallèles venant intimider ou perturber les populations, et parasiter le travail des équipes mandatées. Nous appelons les pouvoirs publics à y veiller.

JL






vendredi 29 janvier 2016

Fin d'une étape


Comme prévu, le séjour des Réfugiés arrivés en Novembre au Lazaret s'achève.
Ils rejoignent ces jours-ci les diverses structures d'accueil réservées au demandeurs d'asile à Montpellier, Béziers ou Carcassonne.
Quelques-uns d'entre eux devront repartir vers le pays d'Europe par lequel ils sont arrivés pour y déposer leur demande d'asile, selon une réglementation européenne dite Dublin.
Les mineurs quant à eux ont été confiés à l'Aide Sociale à l'Enfance.
Tous sont dans l'attente des réponses de l'OFPRA qui n'a pas encore confirmé l'enregistrement de toutes les demandes.  
Des retards administratifs bloquent également certaines dispositions de leurs dossiers (domiciliations, ouvertures de comptes bancaires, couvertures santé, etc...), et les plongent dans des situations souvent kafkaïennes...
Mais c'est grâce à la mobilisation associative et citoyenne sétoise qu'ils ont pu surmonter une partie de leurs difficultés jusqu'à aujourd'hui.
Leur parcours est loin d'être terminé mais nul doute que le séjour effectué au Lazaret leur aura apporté le répit nécessaire à la poursuite de leur chemin.
JL

vendredi 22 janvier 2016

Non aux agressions, non aux injures, non au racisme !


A trois reprises en six mois, la boucherie El Jawda de Gigean a subi d'importantes dégradations et des inscriptions insultantes ont visé l'objet de son commerce. Devant ces agressions répétées, nous apportons notre soutien à son gérant. Nous demandons que tout soit mis en oeuvre pour faire cesser cette violence insupportable et pour que soient respectées les lois de la République, liberté de travailler, égalité des citoyens, fraternité entre les habitants, à Gigean comme ailleurs.

Pour signer la pétition, cliquer ici

dimanche 10 janvier 2016

Quand tous les gars et toutes les filles du monde veulent bien se donner la main



" Madame,

Jai le plaisir de vous présenter notre organisation basée à Sète : Anglophone Group of Languedoc Roussillon (AGLR) . Nous sommes une association à but non lucratif comprenant des membres dorigines diverses (à lheure actuelle, 16 nationalités y sont représentées) auxquels nous offrons une variété dactivités se déroulant principalement dans la région de Sète.
En tant quorganisation nous avons pour objectifs daider les arrivants anglophones à sadapter à la vie de tous les jours dans cette région, daider les résidents anglophones à préserver et partager la langue, les traditions et la culture des divers pays anglophones, ainsi que de promouvoir un échange  damitié et de compréhension avec la communauté française.Chaque année notre association fait une donation modeste à une oeuvre de charité de notre choix. Cette année, nous aimerions faire un don à la CIMADE.


Pour le Conseil d'Administration, La Présidente Nancy Mac Gee." 


         *******************

Voici l'agréable courrier que nous avons eu le plaisir de découvrir  il y a quelques mois dans la boîte mail de l'Accueil Migrants de Sète.

Une suite à été donnée bien sûr, et c'est ainsi qu'une très jolie cérémonie s'est déroulée ce Vendredi 8 Janvier à la Maison des Associations, en présence d'un certain nombre de membres de l'Accueil Migrants de Sète et de Anglophone Group of Languedoc Roussillon

Après les prises de parole de Nancy (AGLR) et de Janine (AMS), mettant en exergue les  objectifs communs aux deux associations (partages culturels, amitié entre les peuples, et volonté d'intégration dans la vie locale), se sont également succédés deux témoignages très émouvants, avant qu'un chèque  de 250 euros passe, sous les applaudissements, des mains d'une trésorière (Patricia pour AGLR) à une autre (Marie-France pour l'AMS)!

C'est ensuite autour de la galette des rois, que des projets communs ont déjà pris naissance, dont nous aurons l'occasion, c'est sûr, de vous reparler très bientôt!

Merci à tous les gars et toutes les filles du monde qui veulent bien se donner la main....

It was really a pretty way to begin the new year, and we all wish you the best for 2016 !

JL

                                                 Diaporama (mettre le son)