mercredi 23 décembre 2015

Noël du "Mas Coulet" un an plus tard, un peu plus loin....

Ils s'appellent Justin, Sarah ou encore Timothée. Ils ont entre quelques mois et 15 ans.
Cette année encore, comme l'année dernière, le Père Noël qui a pris un peu d'avance sur sa tournée, a fait sa distribution de jouets et de bonbons aux enfants du "Mas Coulet" installés sur ce nouveau campement de fortune avec leurs parents dans l'attente d'une meilleure solution....

 

mardi 22 décembre 2015

Un dimanche au Lazaret

Un délicieux tagine, de la musique et des danses orientales.

Pour Noël, associations, commerçants et simples citoyens ont manifesté leur solidarité  avec les 23 réfugiés afghans, éthiopiens, lybiens et soudanais hébergés temporairement au Centre de Vacances du Lazaret.
Au mois de Novembre, ces derniers  avaient volontairement quitté le camp de Calais pour rejoindre Sète dans l'attente des réponses statuant sur leurs demandes d'asile.
Ce dimanche 20 Décembre, l'association Les Femmes du Soleil proposait le repas, confectionné avec des denrées offertes par les commerçants de Sète. Des bénévoles de la Cimade, de l'association Les Bons samaritains, de la Matrice de Thau, du Secours Populaire et du Secours Catholique étaient également sur place pour leur offrir vêtements et chocolats, et partager avec eux l'art de vivre à la sétoise!
De quoi leur faire oublier, l'espace d'une journée, l'incertitude qui pèse sur leur avenir...







mercredi 25 novembre 2015

Il paraît que les Roms....

Il paraît que les Roms ne sont pas comme nous.

Il paraît que les Roms sont sales.

Il paraît que les Roms sont des voleurs.

jeudi 19 novembre 2015

Bienvenue aux réfugiés à Sète




Ils sont Erythréens, Ethiopiens, Afghans ou Soudanais. 

Vingt sept jeunes hommes (certains mineurs) sont arrivés Lundi soir à Sète, fatigués et un peu perdus. 
Tous ceux qui l'ont vécu savent qu'il n'est jamais facile de s'expatrier. 
Avec d'autres associations, l'Accueil Migrants de Sète (Cimade) s'est engagé à rendre leur séjour dans notre ville le moins difficile possible dans le douloureux parcours de vie qui est le leur.
Si vous souhaitez apporter une contribution à l'accueil qui leur est fait, vous pouvez nous contacter en écrivant à migrantsete@yahoo.fr

JL



lundi 28 septembre 2015

L'île solidaire au menu du Conseil Municipal


Conseil Municipal du 28 Septembre 2015


Monsieur le Maire,


Nous avons décidé de venir aujourd’hui devant le Conseil Municipal pour vous dire, comme je vous l’ai écrit le 9 Septembre dernier, qu’il était devenu difficile  d’ignorer les drames de la guerre et de la misère qui se jouent aux quatre coins de la planète et qui poussent des familles entières, vous le savez, à risquer leurs vies pour tenter d’y échapper. 

Est-il encore nécessaire de souligner que lorsqu’on peut manger à sa faim et vivre en paix dans son pays, on ne cherche pas à le fuir au péril de sa vie ? 

Il faudra bien qu’enfin on s’attaque sérieusement aux causes de ces flux migratoires et au système socio-économique mondial qui les provoque. 

Mais en attendant, devant l’urgence de la situation à laquelle notre pays, comme les autres pays de l’Europe, est confronté, nous avons demandé que la Ville de Sète se porte candidate à l’accueil de réfugiés auprès de la Préfecture de l’Hérault, comme l’ont déjà fait auprès de leur Préfecture, un certain nombre de communes françaises. 

Près de 600 personnes ont déjà exprimé par leurs signatures leur souhait de faire de notre île singulière une île solidaire et de nombreuses associations également représentées ici ce soir, comme la Ligue des droits de l’Homme, le Secours Catholique, le Secours Populaire, l’Entre Aide Familiale Protestante, la Pastorale des Migrants, ou encore Saint-Vincent de Paul ont rejoint la démarche initiée par l’Accueil Migrants de Sète, groupe local de la Cimade dans une demande qui vous a été adressée le 9 Septembre. 

Voilà ce que, en l’absence de réponse de votre part, nous étions venus vous dire Monsieur le Maire avec nos pétitions. 

Mais nous avons appris qu’entre temps, sollicité par la Préfecture, il semble que vous ayez accepté depuis, de participer à cet effort de solidarité, et nous en sommes très heureux. 

Vous l’avez écrit vous-même : «notre ville est une terre d’accueil historique de divers flux migratoires »

C’est exact : Sète est une fenêtre ouverte sur la mer et sur le monde, et nous ne pouvions pas faire  comme si nous n’étions pas concernés par cette grave question qui a, ces dernières semaines, envahi l’espace médiatique. 

Sachez que nous serons quant à nous prochainement reçus en Préfecture  afin de connaître les modalités prévues entre les services de l’Etat, les Collectivités locales et territoriales, les associations et les particuliers. 

Comme toutes les associations qui se sont engagées dans notre démarche, l’Accueil Migrants de Sète est prêt à travailler, comme il le fait déjà avec le CCAS et la Direction de la Solidarité Départementale, en partenariat avec les services de la Ville, pour organiser l’accueil et l’accompagnement des personnes qui seront concernées, en veillant à ne pas oublier celles qui sont déjà là. 

Certes, nous ne pouvons pas accueillir à Sète toute la misère du monde, mais il n’aurait pas été concevable que nous n’en prenions pas notre part. 


Janine Léger 

A noter:

A ce jour, la seule proposition émanant de la Mairie est la livraison prochaine de 5 logements HLM dont le Maire demande à la Préfecture, dans le cadre de ses prérogatives, de décider la réservation de tout ou partie au profit des personnes qui devront être accueillies.
J'attire l'attention du Conseil Municipal sur le fait que ce dispositif prioritaire concerne les dossiers DALO (droit au logement opposable), c'est-à-dire les demandeurs les plus démunis, sur lesquels il ne convient pas de faire peser l'effort de solidarité accepté par la Municipalité, alors que 1400 demandes de logements HLM sont toujours en souffrance dans notre ville.
Veillons à ne pas opposer les uns aux autres.... Pourquoi ne pas chercher  plutôt dans le patrimoine immobilier inoccupé de la Ville? (Anciens logements de fonctions, bâtiments inutilisés, etc...).
JL





mardi 15 septembre 2015

Un bateau pour les réfugiés

Un bateau pour les réfugiés

Un bateau pour les réfugiés

SOS MÉDITERRANÉE en partenariat avec Médecins du Monde se lance dans une opération de sauvetage des réfugiés
C'est la première fois dans la petite histoire d'Ulule que nous envoyons une lettre d'information dédiée à un seul projet. Parce qu'il est des moments où l'action, au-delà de l'émotion, nous apparaît comme une évidence. Une nécessité.
SOS Méditerranée en partenariat avec Médecins du Monde lance la première campagne civile et européenne de sauvetage en mer. Objectif : fédérer les citoyens européens et les mobiliser autour d’une initiative de la société civile pour réunir les fonds suffisants et affréter un premier navire de sauvetage entre les côtes italiennes et libyennes.
Projet citoyen, projet européen, projet humaniste, projet concret : nous avons souhaité le partager avec vous. Vous êtes bien entendu invités à le partager à votre tour aux personnes qui partageraient ces convictions.
« Nous devons les sauver parce que personne d'autre ne le fait de manière durable. En hiver et tout au long de l'année, nous devons sauver ces gens chaque fois qu'ils sont en danger ». Klaus Vogel, président de SOS Méditerranée

Suivez-nous !
FacebookTwitter

lundi 7 septembre 2015

Sète, île solidaire !


Il est devenu difficile aujourd’hui d’ignorer les drames de la guerre et de la misère qui se jouent aux quatre coins de la planète et qui poussent des familles entières à risquer leurs vies pour tenter d’y échapper. C’est pourquoi, devant l’urgence de la situation, nous demandons que la Ville de Sète soit solidaire et se porte candidate à l’accueil de réfugiés auprès de la Préfecture de l’Hérault. Ceux d'entre nous qui le peuvent sont prêts à apporter leur aide, même modestement, aux différentes actions qui seraient entreprises.

JL

 Pour signer la pétition, cliquer ici Sète, île solidaire!





dimanche 6 septembre 2015

Samedi 5 Septembre 2015 à Montpellier


Samedi 5 Septembre à 17 h, plusieurs Sétois se sont  rendus à l'appel de la CIMADE devant la Préfecture de Montpellier pour manifester leur solidarité avec les migrants qui fuient la guerre et la misère.

Jyl









mardi 18 août 2015

Le Mas Coulet est évacué

Mardi matin: les tractopelles entrent en action.








Le collectif de soutien aux personnes occupant le  Mas Coulet, "Mon Voisin C'est Toi", s’est constitué  autour d’un objectif : pas d’expulsion sans solution. 
Depuis plus d’un an, il interpelle les pouvoirs publics (Maire, CCAS, Préfecture, Département) afin de préparer l’évacuation inéluctable du terrain, tout en accompagnant les personnes qui en ont besoin dans leur démarches administratives et d’insertion.

Hélas  c'est au dernier moment, quand  le Maire demande l’évacuation du parking du Mas Coulet juste  avant la Saint-Louis, que l'on se décide enfin à s'occuper de la question. 

Une réunion d’urgence a donc lieu le 3 Août à la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, à laquelle, à force d'insistance, le collectif a pu participer.

Le Maire de Sète, alors sommé de s’impliquer un tant soit peu dans la recherche de solutions alternatives, ne propose  rien moins qu’une migration des habitants du Mas Coulet vers une aire de grand passage située à .... Mauguio ! 

Outre que celle-ci est conçue pour le déplacement de gros convois de gens du voyage (ce que ne sont pas les habitants du Mas Coulet), qu’elle est extérieure à la ville et totalement inadaptée à la vie des familles dont les enfants sont scolarisés, le collectif découvre et informe les pouvoirs publics que cette aire de grand passage vient d’être fermée pour cause de travaux d’extension de l’autoroute et d’aménagement de la ligne de TGV ! 

Qu’à cela ne tienne, le Maire propose alors d'envoyer les familles sur une aire d’accueil de La Grande Motte. Mais il n'a décidément pas la main heureuse: celle-ci  ferme à partir du 30 Septembre car elle située en zone inondable !

Quand on sait que la majeure partie des enfants vivant sur ce campement sont scolarisés dans les groupes scolaires Lakanal, Gaston Baby et Victor Hugo depuis plusieurs années, et que certaines personnes ont des prises en charge médicales importantes à l‘Hôpital de Sète, cette façon d’évacuer le problème à la va-vite est non seulement intolérable mais totalement contraire à l’esprit de la circulaire du 26 Août 2012 prévoyant les modalités d’évacuation des campements illicites. 

Ces propositions de déplacement complètement irréalistes qui leur ont été faites ne vont  pas permettre aux habitants du Mas Coulet d’intégrer le cadre de la loi sensée régir leur situation.

Les "ex" occupants du Mas Coulet se sont donc débrouillés comme ils ont pu pour évacuer le parking, (avant l'arrivée des tractopelles en action ce matin).

Une fois de plus, faute d'avoir anticipé, on a déplacé le problème mais on ne l'a toujours pas réglé...

JL 

Mardi midi: le Mas Coulet est évacué.



mardi 4 août 2015

Selon que vous serez puissant ou misérable

Un dimanche au Mas Coulet

Mesdames, Messieurs,

Chacune des 5 associations qui constitue, avec des individuels, le collectif du Mas Coulet sait depuis longtemps, et apprend tous les jours, qu’elle n’a pas le monopole du cœur. 
Nos seules forces sont l’attention à ce qui s’est vécu sur le parking, le soutien apporté à ceux qui, sur le terrain, essayaient de dépasser les conflits, l’encouragement à ceux qui, tant bien que mal, essayaient de faire valoir les droits fondamentaux des personnes et des familles. Nous pouvions nous réjouir d’un certain nombre de fleurs, certes fragiles, qui ont réussi à éclore là aussi.

Les délégués du collectif les détailleront à la rencontre de ce lundi (ndr: avec les services de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale) et j'espère qu’on prendra le temps d’en écouter le récit : autour de la domiciliation, du soutien scolaire, de l’inscription dans les écoles et le collège, de l’accès à l’eau et aux toilettes, de la recherche d’emploi, des fêtes ouvertes à la population etc…

Tout cet effort, patient et bénévole visant l’insertion, affrontait, nous le savions, des obstacles considérables : le Mas Coulet est vu comme une tache dans la ville ; la population y souffre du sous-emploi ; les listes d’attente pour un logement correct sont longues; bien des humanistes, y compris dans les services sociaux, en perdent le moral ; des perspectives d’avenir s’ouvrent pour le Front National…

Les causes sont moins bien perçues; il semblerait même  qu’on évite de porter la réflexion jusque là. Le chômage n’a-t-il pas un lien avec l’écart des revenus, croissant de manière indécente, depuis un certain nombre d’années ? 
L’afflux d’étrangers (tout relatif qu’il est en France) n’a-t-il pas un lien avec les massacres et tortures en grande échelle pratiquées dans  certaines régions du monde ? Dictatures et corruption ne sont-elles pas la réponse – tout à fait inadéquate – aux pillages des ressources par des groupes soutenus par de puissants réseaux financiers ? 
Ces mêmes réseaux qui pourrissent la planète par la pollution des océans, de l’air, des pôles et font apparaître le vote comme inutile etc…

Parmi les populations qui se côtoient au Mas Coulet, se trouve une majorité de Roms, liés aux Tsiganes (Romanichels), de ce fait mal vues dans les pays où ils ont séjourné comme la Hongrie et la Roumanie. La Roumanie est devenue membre de l’Union Européenne en 2007. Les ressortissants ont eu droit de circuler en Europe, mais une clause valable 7 ans leur interdisait d’y travailler : voilà bien une des causes de la mauvaise réputation faite aux Roms chez nous. ‘Ils font mendier les enfants’… 
Quand cette clause expire, l’an dernier, un certain nombre deviennent auto-entrepreneurs; ils récupèrent la ferraille, ce qui est bien utile pour nous. Mais voici que des décisions de justice tombent, suivies d’obligations de quitter le territoire françai, parce que leur revenu actuel est insuffisant pour faire vivre une famille… ‘Suivant que vous serez puissant ou misérable, les décisions de cour…’

Que faire devant tout cela ? Vous me permettrez de faire de la pub pour un brave homme qui n’a pas mâché ses mots à Lampedusa ! Le plus urgent est de lire et faire lire la dernière lettre de François ‘Laudato si’ qui en dit plus que moi sur les causes et les perspectives.

Nous pourrons aussi faire comprendre, au travers des conversations, que  le mas Coulet n’est pas la honte de Sète qu'il faudrait vite faire disparaître avant les festivités de la Saint-Louis; mais au contraire un lieu où se vivent de fort belles choses, certes dans des conditions déplorables qu’il convient d’améliorer. Améliorer n'est pas casser.

Bien sûr, pour les perspectives d’avenir, nous devons intégrer ceux qui, pour des raisons familiales voire personnelles, et aussi à cause des menaces diverses, ont fait le choix de quitter momentanément le Mas Coulet au début de l’été. Parmi eux, certains ont été les premiers acteurs de la vie globalement pacifique sur le camp depuis 2 ans. 
Nous avons tous constaté combien ces menaces, venant des autorités et forces de l’ordre, perturbaient  la cohésion des résidents et ruinaient l’effort d’intégration.
Je souhaite que les solutions à trouver ne rendent pas plus difficile la scolarisation et l’accès aux soins pour tous.

 Jean Landier, Prêtre (Pastorale des Migrants)

samedi 1 août 2015

Voix vives, ici ou là...

Ici, aux "micros autorisés"...

Sète 2015 nous vivons des vacances de rêve
Cette année 
Nous trempons nos corps ivres de soleil, dans une méditerranée pleine de cadavres
L'été bascule cul par dessus tête
À Calais, poussent des jungles
Des migrants tentent de faire le mur
À Paris, des réfugiés par centaines dorment à la rue
À Sète, Voix Vives a pris son quartier haut
Les poètes estampillés Méditerranée, un label de qualité 


En provenance directe avec un détour par l'exil
C'est bon pour l'authenticité
Les poètes POÈTISENT....

À Sète, en bas tout en bas,
Des voix d'hommes, de femmes et d'enfants
Des voix de la méditerranée et d'ailleurs
Des voix condamnées à l'errance
Des voix européennes rejetées dans les coins aveugles de notre société
Des voix, traînées dans la poussière
Des voix, écrasées de soleil, battues par la pluie 
Des voix caravanes, des voix qui chantent, des voix qui rient
Des voix qui aiment
À Sète, les voix d'en bas ne montent pas jusqu'aux micros autorisés
Jusqu'aux chaises longues parasols guinguettes

À Sète, dans cette ville qui se dit singulière 
À ce moment précis
Où résonnent les voix d'une centaine de poètes 
En des langues différentes
À Sète 
Le Maire expulse 
La centaine de voix qui vit
En bas
Tout en bas
Sur le parking du Mas Coulet       

Vos gueules les mouettes !

Joe

(Citoyenne militante du collectif Mon Voisin C'est Toi)
     
Là, au Mas Coulet...

mercredi 29 juillet 2015

Evacuation programmée du campement du Mas Coulet

Le Tribunal Administratif a rendu son jugement en date du 24 Juin dernier: le parking du Mas Coulet doit être évacué. Ce n'est pas une surprise, tout le monde s'y attendait.C'est la raison pour laquelle le Collectif Mon Voisin C'est Toi (Accueil Migrants Sète Cimade, Ligue des Droits de l'Homme, Réseau Education Sans Frontière, Pastorale des Migrants, Fondation Abbé Pierre, et des citoyens) appelle depuis plusieurs mois les pouvoirs publics, les collectivités territoriales, les institutions, et les associations à préparer l'évacuation et élaborer en amont les propositions alternatives  prévues dans le cadre de la circulaire du 26 Août 2012 .

Hélas les mesures d'intimidation se  renforcent sur le Parking... 

JL 



Midi Libre 28 Juillet 2015




La Marseillaise 29 Juillet 2015


jeudi 9 juillet 2015

Boris Cyrulnik: l'accueil, pas d'autre choix!


Ni les camps, ni l'assimilation: l'intégration, tout simplement. 

Pourquoi nous n'avons pas d'autre choix.





mercredi 24 juin 2015

Le Collectif Mon Voisin C'est Toi s'invite en Mairie




Après plusieurs courriers adressés au Maire et sans réponse à notre demande de rendez-vous, le Collectif Mon Voisin C'est Toi s'est rendu ce matin en Mairie. 

En l'absence du Maire et après une intense négociation, une délégation (extrêmement restreinte) a fini par être reçue par Monsieur Jean-Marie Taillade, Elu Délégué à l'Animation des Quartiers et à la Vie Associative), et un membre du Cabinet du Maire.

Deux points principaux ont été abordés:

1- Nous demandons, pour les personnes et les familles installées au Mas Coulet, l'accès à l'eau et aux équipements sanitaires de base qui, reconnus comme droits humains pour un minimum de dignité par résolution de l'ONU depuis Juillet 2010, font partie des obligations de la Commune.   

Sur ce point, Monsieur Taillade s'est engagé à nous donner une réponse "rapide et, il l'espère, favorable, après s'être rapproché des services techniques".

2- Nous indiquons ensuite la nécessité de la mise en place d'une plate-forme de travail avec les partenaires institutionnels et associatifs avant toute évacuation, conformément à la Circulaire du Ministère de l'Intérieur du 26 Août 2012, pour se donner le temps de construire un véritable projet alternatif qui conduise à une insertion réelle par le logement, adaptée aux situations et aux choix de vie.  

Nos interlocuteurs ont déclaré connaître l'obligation de respecter cette  procédure et assurent qu'ils s'y conformeront le moment venu.

Après cet entretien obtenu non sans difficulté, mais que nous jugeons sur le fond globalement positif, nous restons bien sûr extrêmement vigilants et attentifs  à la suite qui lui sera donnée.

JL (AMS)  
Collectif Mon Voisin C'est Toi: AMS Cimade, LDH, RESF, Pastorale des Migrants, Fondation Abbé Pierre,  Des citoyens

La Marseillaise du Languedoc 25 Juin 2015

Midi Libre 25 Juin 2015






           

vendredi 5 juin 2015

Il faut que cela cesse !

Au début de cette semaine, la Police de l'Air et des Frontières est passée au Mas Coulet et a retiré leurs documents d'identité à huit  personnes de nationalité roumaine, les convoquant ce Jeudi 4 Juin à 10h dans les locaux de la PAF, 15 Quai François Maillol, où ils se sont rendus, accompagnés d'une quinzaine de personnes du Collectif Mon Voisin, C'est Toi. 

Le Collectif dénonce aujourd'hui le caractère discriminatoire de cette mesure, car parmi toutes les personnes, étrangères ou pas, installées sur le parking du Mas Coulet, seuls les ressortissants roumains ont fait l'objet de cette mesure, sans aucun examen préalable de leurs situations individuelles. 

En fin de matinée, six d'entre eux se sont vu infliger une nouvelle obligation de quitter le territoire français. Leurs avocats ont immédiatement été saisis de la situation.


Le Collectif dénonce également le fait que, depuis le début de leur arrivée sur ce terrain, faute d'un meilleur endroit où s'installer, les Roumains sont régulièrement en butte à des tracasseries de toutes sortes et différentes forces de Police exercent à leur encontre des contrôles incessants (Police Municipale, Police Nationale, Police de l’Air et des Frontières).

Il faut que cela cesse!

Le cadre législatif régulant leur séjour sur le territoire exige de ces personnes un certain nombre de démarches qu’ils s’efforcent jour après jour  d’effectuer, malgré les difficultés et les blocages de structures ou d'administrations qui ne leur facilitent pas la tâche.

Alors comment peut-on à la fois leur demander de démontrer leur volonté d'intégration, et en même temps les inquiéter tous les quatre matins pour les faire repartir là d’où ils viennent?  Et au final, retenir contre eux  l’instabilité de leur situation!!!!

Nous demandons que soit mis fin à ce harcèlement juridico-administratif.

Par ailleurs, par courrier en date du 25 Février dernier, le Collectif Mon Voisin C'est toi a demandé au Sénateur-Maire de Sète de le recevoir afin d'évoquer la situation  du campement du Mas Coulet et notamment les conditions matérielles et sanitaires dans lesquelles vivent ces familles.
Cette demande de rendez-vous restée sans réponse a été relancée par un nouveau courrier le 18 Mai dernier, également sans réponse à ce jour.

Janine Léger, pour le Collectif 
(Cimade, RESF, LDH, Pastorale des Migrants, Fondation Abbé Pierre, des citoyens)


                                                                     
Devant la PAF
Vos noms et adresses s'il vous plaît?