vendredi 17 octobre 2014

Accueil des nouveaux arrivants



Il y a des choses que j'ai du mal à comprendre. Il faut qu'on m'explique. 
D'habitude les nouveaux arrivants sont invités par la municipalité à une 
journée d'accueil. Un pot leur est offert et ils ont droit à une visite de 
la ville. On leur distribue des informations et quelques marques de 
bienvenue. De même les nouveaux quartiers bénéficient d'équipements urbains 
et de confort. Leurs abords extérieurs sont soignés. Jardins, palmiers, 
promenades, activités.

Dans le même temps on a l'impression que les arrivants du Mas Coulet 
(nouveau quartier sétois) ont été parqués là dans une zone d'inconfort 
maximal, à l'épreuve de l'impossible. De place en place on les a chassé, 
montré du doigt, accusé d'être voleurs, fouilleurs de poubelles, sales ... 
Ils alimentent les fantasmes qui réveillent des haines, des colères, le 
racisme. Toutes les réactions primaires qui somnolent dans le fond imbécile 
commun qui y trouve son bouc émissaire.

Qui sont-ils ? Ils sont européens. En famille. Possesseurs de papiers, de 
droits. Certains depuis plusieurs années sur la commune malgré les 
déménagements forcés par la police. Logeant dans des caravanes parce que 
pour les uns c'est leur choix de vie pour les autres une obligation, le 
logement étant trop cher pour leur budget. Avec du travail ou des petits 
boulots ou une inscription à pôle emploi ou au chômage … Soit, comme tout le 
monde. Avec des enfants scolarisés qui s'organisent un autre avenir.

Que demandent-ils ? Une normalisation de leur situation tant sur le plan du 
travail, du logement, de la scolarité de leurs enfants et de la vie 
citoyenne. Faut-il leur refuser ?

Ne pourrions-nous pas commencer par les recevoir normalement comme des « 
nouveaux arrivants » ordinaires? L'ordinaire ne tue pas.

Max

3 commentaires:

  1. quand on ne respecte pas l être humain il en devient sauvage , c'est le résultat du rejet dont ils font l'objet

    RépondreSupprimer
  2. Oui, et qui donc est sauvage au bout du compte?

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog sont modérés.