lundi 9 septembre 2019

La qualité était au rendez-vous!




Belle journée organisée au Mail des Salins ce dimanche 8 septembre pour faire connaître la grande diversité des associations sétoises.
Nous y avons fait d'intéressantes rencontres et nous remercions toutes les personnes qui sont venues dialoguer avec nous pour la qualité de leurs échanges et de leurs propositions.

dimanche 1 septembre 2019

Forum des Associations


Découverte et partage: ce chapeau de l'affiche municipale ne saurait mieux résumer ce qui motive les adhérents et les bénévoles de l'Accueil Migrants Cimade de SèteC'est pourquoi nous serons présents ce Dimanche 8 Septembre de 10h à 18h au Forum des Associations organisé par la Ville et nous ferons notre possible pour vous informer des activités de notre association et répondre à toutes les questions que vous voudrez bien nous poser.
Passez nous voir!😊



lundi 1 juillet 2019

Où sont passés les bienfaiteurs des SDF ?


Il y a plusieurs années, un groupe de personnes a créé un collectif nommé Les Amoureux de La Vie Solidarité SDF Sète. Ses membres organisent des maraudes dans la ville et distribuent couvertures, vêtements, repas et boissons chaudes ou fraîches, selon la saison. 
Sans subvention aucune et animés du seul désir d'éviter le pire à des personnes en grande difficulté, ils battent le pavé plusieurs fois par semaine pour leur venir en aide et sont bien connus des personnes de la rue, comme des structures qui ont compétence pour les accompagner.
Il y a trois jours, devant l'épisode de forte chaleur que nous avons connu, une de ces bénévoles a lancé un appel sur son compte facebook afin de collecter des bouteilles d'eau fraîches à distribuer pour prévenir le risque de déshydratation encouru par les personnes de la rue qui y sont particulièrement exposées. Rien de bien compliqué ni de très onéreux: juste des bouteilles à remplir avec de l'eau pour les placer dans un congélateur avant distribution.
Aussi quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre que seulement trois personnes en trois jours avaient répondu à cet appel !!!
Mais où sont donc passés tous ceux qui s'émeuvent à bon compte, y compris parmi des Elu(e)s locaux, du sort des personnes sans domicile fixe et qui s'indignent de façon si virulente sur les réseaux sociaux "qu'on s'occupe des étrangers mais pas des SDF" ?
Je m'étonne qu'ils n'aient pas encore répondu à une demande selon leur souhait.
Nul doute, s'ils nous lisent (sait-on jamais....), qu'ils vont le faire toutes affaires cessantes, conformément à leurs déclarations d'intentions.
Il suffit d'appeler le 06 43 39 33 09.

JL

jeudi 23 mai 2019

La galère des rendez-vous en Préfecture

La Préfecture a beau jeu de mettre en garde contre les trafics quand c'est le dispositif qu'elle a mis en place qui les a générés.
Elle indique qu'elle n'appliquera pas de pénalités mais encore faut-il être en capacité d'envoyer par mail sur le site de la Préfecture les preuves de l'impossibilité de la prise de rendez-vous, c'est-à-dire des captures d'écran effectuées chaque jour sur un ordinateur pendant 2 mois minimum! Qui a une maîtrise de l'outil, le temps et un matériel suffisants pour faire cela?
La Préfecture semble également ignorer toutes les autres pénalités qui sont appliquées aux personnes qui ne peuvent présenter leur carte de séjour en cours de validité: à leur employeur, aux administrations territoriales ou aux caisses de sécurité sociale, pénalités qui se traduisent par des pertes d'emploi et des pertes de droits.
Le Défenseur des Droits lui, l'a bien perçu, qui a diligenté une enquête sur les pratiques en vigueur à la Préfecture de l'Hérault.
Des solutions existent et nous sommes prêts à en proposer. Hélas le Préfet n'a toujours pas répondu à la demande de rendez-vous que lui a adressée en Mars dernier le Groupe de Travail Inter-associatif sur l'Accueil en Préfecture*.
JL
(*ABP 34, AIDES, AREA, CIMADE LR, FCPE, LDH 34, RESF 34, SAF)





mardi 11 décembre 2018

Journée internationale des migrants


A l'heure où notre pays traverse une crise aigüe, il peut paraître osé de faire le pari de l'altérité comme solution à nos problèmes sociaux et environnementaux. C'est pourtant cette voix que nous avons choisi de faire entendre ensemble au sein du collectif Sète terre d'accueil. 
Rejoignez-nous! 
JL

dimanche 18 novembre 2018

Fermeture du camp de transition

Jeudi 15 Novembre: fermeture du camp...

... sous le regard attentif  du collectif associatif

Tout avait commencé en 2014, quand, après avoir été chassées d'un endroit à l'autre du Département au gré des expulsions dont elles faisaient systématiquement l'objet, des familles issues de la communauté Rom s'étaient installées  sur le Parking du Mas Coulet, puis dans des appartements désaffectés  du Bd Martelli. 
Un collectif associatif* et citoyen nommé "Mon voisin c'est toi" s'était alors constitué pour les soutenir dans leur difficile parcours d'intégration et demander aux pouvoirs publics d'appliquer le dispositif prévu par la circulaire relative à l'évacuation des campements illicites.
"Pas d'expulsion sans solution"! 
Tel était notre slogan qui a fini par être entendu et dès 2015, nous nous sommes imposés comme partenaires actifs et vigilants au sein du comité de pilotage géré par la Préfecture pour la conduite du projet de relogement et d'insertion. Nous avons alors fait le maximum pour mutualiser nos compétences malgré des positionnements respectifs parfois divergents et des désaccords profonds sur la méthodologie.
Pendant quatre ans, nous avons accompagné jour après jour ces familles dans toutes leurs démarches: soins, accès à l'emploi, scolarisation des enfants. 
Nous avons vécu des drames et aussi vu naître des bébés.
Rien ne fut facile mais nous avons pu créer au fil du temps des liens chaleureux avec la plupart d'entre eux et nous avons autant appris d'eux qu'ils ont appris de nous.
Jeudi dernier, le camp de transition qu'on leur avait assigné a fermé ses portes. Les algecos qui auraient peut-être pu servir d'abris à d'autres personnes sans domicile seront immédiatement démontés. 
Les familles ont emménagé une à une dans des logements pérennes à l'exception de trois d'entre elles qui ont fait le choix de sortir du dispositif tel que proposé.  
Aujourd'hui, nous nous réjouissons du résultat des actions menées ainsi que de la mobilisation associative et citoyenne grâce à laquelle tout cela a pu être possible.

Extrait de la Circulaire:
"L’action demandée au profit de populations qui n’ont pas, naguère, bénéficié du respect républicain, prend place, avec ses spécificités, dans l’ensemble des politiques conduites pour les différentes catégories de populations en situation de fragilité. Les partenaires, les personnels mobilisés doivent être bien informés qu’il s’agit là de l’application légitime du principe d’égalité républicaine et non d’une discrimination, fût-elle positive".

JL

*(Cimade, Pastorale des Migrants, LDH, RESF, Bons samaritains).


Ils ont vécu là pendant dix mois, autour des émanations de vapeur d'on ne sait quoi sortant du sol en continu, près des bouteilles de gaz stockées par
l'entreprise voisine.
 "On n'était pas rassuré, j'avais tout le temps peur pour mes enfants avec le gaz" (Un habitant du camp)